Des Pensées au jardin

Delphine et Marie, passionnées de jardin et déco…Nous partagerons avec vous nos pensées, nos jardins, nos fleurs, nos bonheurs!

jardin des émotions

Les Jardins d’Etretat ou comment le dialogue entre l’Art Paysager et l’Art Contemporain peut vous apporter du bien être….

14 Commentaires

Ce dialogue entre l’Art Paysager et l’Art Contemporain s’observe et s’écoute dès que l’on entre dans les jardins d’Etretat.

L’Architecture du paysage bien tranchée, le design végétal, la force d’un dessin structural font de ces jardins un monde à part, un pays presque enchanté sous le ciel de Normandie. Il vous suffira de passer la frontière et de vous laisser emporter par un souffle poétique, un doux écho , un chuchotement ….

 

Les jardins d’Etretat sont un endroit hors du temps, semblant être apparu sur la Falaise d’Amont d’un coup de baguette magique. Ce sentiment d’intemporalité et de calme qui se dégage de cet espace de verdure va vous inviter, que vous le vouliez ou non, à vivre pleinement, en communion avec la nature . Venez le découvrir…

Ce jardin presque improbable est fait de topiaires tout en rondeur et vient rompre étonnement avec la blancheur des falaises aiguisées d’Etretat.

De la petite histoire…

Au début du XXe siècle, Etretat était l’un des lieux de villégiature préférés de l’élite parisienne, bien avant Deauville et Honfleur. Il y a donc plus de 100 ans, Mme Thébault, célèbre actrice française, y fit construire sa villa par l’architecte parisien Louis Valentin. Cette belle maison normande surplombe Etretat et offre une vue spectaculaire sur l’une des plus belles falaises du monde, la falaise d’Aval et sa fameuse aiguille jaillissant de la mer . La villa « Roxelane » doit son nom à la belle et rebelle épouse du sultan ottoman du XVI siècle, Soliman le Magnifique, dont elle tint le rôle avec beaucoup de succès. Cette figure historique brilla par sa bravoure et son dévouement amoureux. Le destin exceptionnel de Roxelane fut source d’inspiration et Mme Thébault vouait une véritable passion à sa collection d’Orchidées, qui symbolisaient les favorites du sultan et l’aidaient à se plonger dans le personnage de son héroïne Roxelane.

Inspirée par le peintre Claude Monet, également jardinier passionné (et Giverny est un de mes jardins préférés), Mme Thébault décida de créer un jardin et le premier arbre fut planté en 1903.

 

Au jardin improbable !

Alexandre Grivko a eu le coup de foudre pour cette vieille villa à flanc de falaise calcaire. Alors que tout jardinier vous explique qu’un jardin se façonne avec le temps et qu’il faut redoubler de patience, lui, vient contredire ces préceptes que l’on supposait immuables. Entre le coup de cœur et la réalisation du jardin, deux ans ont suffit au paysagiste pour implanter plus de 35 000 persistants adultes, verser des tonnes de terre, réaliser les chemins, les murets, agencer les jardins, restaurer la villa. Une petite armée de jardiniers russes est mise en place pour tailler régulièrement les Ifs(Taxus), Buis (Buxus), Houx (Ilex Aquifolium), Osmanthes (Osmanthus burkwoodi, Osmanthus heterophillus…), Eleagnus …et qu’ils gardent fière allure dans le vent marin.

 

Le jardin conçu par A. Grivko n’est plus simplement un jardin , c’est un concept néo-futuriste à lui tout seul. Cette recherche constante pour l’entretien des plantes et leurs tailles sculpturales, l’intégration des sculptures d’art contemporain dans cet espace, le lien délicat fait entre les éléments historiques du jardin et les idées modernes, la correspondance subtile entre les détails de la côte normande et les lumineuses topiaires et le sentiment que la nature vous imprègne, font de ce lieu, un endroit unique où l’on ne reste pas indifférent, où l’on s’interroge sur la beauté naturelle de l’écosystème et la préservation de cette biodiversité.

Avatar, Emotions, Impressions ou Eléments…

Nous pénétrons dans ces jardins par le jardin Avatar, frontière entre la réalité et le surréalisme magique. Avatar en sanskrit signifie une divinité descendant sur terre, protectrice de l’univers, incarnée en toutes choses. Pénétrer dans les jardins, c’est découvrir autant de mondes que de jardins, c’est raconter l’histoire avec autant de façons qu’il y a de chemins. La forêt mécanique est la première page d’un conte à imaginer . Tournez la clé et la mélodie accompagnera vos pas à travers les jardins.

 

En continuant le voyage, nous choisissons d’entrer dans le jardin Emotions. Sur le modèle du premier parc à huitres français implanté par Marie-Antoinette qui raffolait d’huitres locales, et qui connu ensuite un franc succès au XVIIIe siècle, le jardin prend une allure de fonds marins, de crustacés et de coquillages à l’aide de délicates et lumineuses topiaires de Buxus sempervirens et d’Enkianthus japonicas. Les espaces sont ponctués ça et là par des sculptures de visages exprimant toutes les émotions. Des gouttes tombées du ciel, des perles posées dans les huitres ou peut-être les différentes humeurs de l’océan et de ses habitants … chacun imaginera son histoire au travers des émotions que l’on absorbent facilement. Vous vous observerez par surprise à imiter le baiser, la contrariété dans une moue des lèvres, à imiter la douleur par un froncement de sourcils ou le plaisir avec un sourire qui illumine, l’épuisement …. Adepte ou pas, ces sculptures de Samuel Salcedo sont une des signatures des Jardins d’Etretat.

 

 

Puis après une pause toute naturelle autour d’un salon de jardin sculpté dans le bois, près de  « la Roxelane » nous arrivons au cœur des jardins d’Etretat, dans le jardin Impressions.

 

Représentant le mouvement de l’océan, des vagues, des remous et des marées, avec ses spirales , le tourbillon de buissons de Phillyrea angustifoli a la particularité singulière de rester vert toute l’année.

 

Un peu comme les vagues qui se brisent sur le bord de la plage de galets,  les topiaires taillées avec finesse viennent se briser contre les bordures d’Agapanthus Africanus bleues en été.

 

 

On peut alors y découvrir une magnifique vue sur la vieille ville, sur la mer et sur les falaises d’Etretat, vue qui inspira tant de grands maîtres : Jean-Baptiste Camille Corot, Eugène Boudin, Eugène Delacroix, Edouard Manet, Claude Monet, Vassili Polenov…, vue à couper le souffle qui participe aussi à la magie de ces jardins et qui justifierait presque le déplacement tant on en prend plein les yeux.

Sur la terrasse des jardins, juste sous Notre Dame de la Garde qui domine depuis 1856 la falaise D’Amont, Monet peint encore ce fabuleux paysage, La falaise d’Aval avec l’aiguille et la Manneporte.

 

Cette sculpture de Wiktor Szostalo & Agnieszka gradzik représente Monet en train de peindre « Soleil couchant à Etretat » . En portant son regard sur la blancheur des falaises de craie et l’immensité de la mer, il nous inspire un spectacle infiniment et éternellement agréable.

Mais le livre ne se referme pas encore. L’invitation à se sentir en harmonie avec la nature, à imaginer de simples actions pour communiquer avec elle est bien présente.

 

Et pourquoi pas étreindre un arbre ? C’est le projet écologique de Wiktor Szostalo au travers de ses sculptures en baguettes de bois d’illustrer les « cents façons d’étreindre un arbre sans avoir l’air stupide ». Les personnages tressés ont étreint des arbres dans sept pays et ce projet, qui a participé au sommet sur le climat de l’ONU porte un message écologique fort sur la protection de la nature, de l’environnement. Combien de temps les habitants de notre planète auront-ils la possibilité de se sentir en communion avec la nature ?

Alors que l’on parle du pouvoir bienfaisant des arbres sur notre santé, laissez vous envahir, regardez leur cime, écoutez le vent dans leurs feuilles, sentez l’odeur de la forêt et pourquoi ne pas essayer de sentir cette énergie positive qui s’en dégage et de se centrer sur sa forêt intérieure ?

 

A peine sorti de ce chapitre, on découvre le jardin d’Aval, un pays des merveilles, presque un monde fantastique où nous sommes confrontés au paradoxe, à l’absurde , au bizarre : Des marguerites géantes, des champignons qui poussent, une table gigantesque, des orchidées fantastiques,…

 

 

On s’attend à croiser Alice dans ce monde surréaliste et l’esprit de Lewis Carroll n’est pas loin … nous sommes hors du temps !

De nombreuses arches d’ifs reproduisent à l’infini la porte d’Aval et l’aiguille, comme un écho à la réalité si proche et en même temps si lointaine. On devient tout petit…

 

Une fois le tunnel passé, le Jardin Zen s’ouvre et l’on sillonne exclusivement des plantes à fleurs blanches entre Mars et mai. Les suspensions en terre cuite de Sergueï Katran reprennent la forme de l’onde sonore du mot « art » prononcé en 125 langues. Le son devient presque visible. La pureté des matières et des sons favorisent ce sentiment de communion entre la science et la nature, entre la nature et l’art, entre l’art est l’homme et entre l’homme et la nature.

 

En continuant les chemins, nous remontons le long d’un parterre d’Hellébores au sol et de Rhododendrons, Azalées, Camélias. On imagine aisément le spectacle magnifique en fin d’hiver et début de printemps de cet espace. Chaque saison aura ses atouts dans ce jardin et c’est une invitation à y revenir encore et encore ….

 

Quelques pas encore et nous voilà perdus dans le labyrinthe de massifs topiaires figurant la houle de l’océan. Le jardin La manche reproduit les paysages du littoral normand : Toujours ce voyage entre rêve et réalité, conte et balade. La teinte argentée des feuilles rappelle l’écume, la lumière est mise en scène avec les différentes nuances de vert …

 

L’histoire tire à sa fin et comme pour prendre de la hauteur, elle se termine par le jardin d’Amont. Les végétaux se métamorphosent en falaise claire et reproduisent le dessin de la crête des flancs d’albâtre de la Normandie, avec une précision presque mathématique qui laisse sans voix. les terrasses du jardin d’Amont surplombent les jardins et nous offre une vue spectaculaire sur la campagne normande.

« Dans cette beauté éternelle de la Normandie, chacun peut entendre l’écho exalté de ses pensées, de ses sentiments,  admirant la riche palette de couleurs des roches d’Etretat et les paysages » devenus familiers au cours du temps et remplis de souvenirs.

 

Une ouverture sur la nature et sa beauté, une prise de conscience et un retour sur soi, nos pensées dans ces jardins une belle expérience à découvrir….

Delphine

jardin des émotions

 

 

14 réflexions sur “Les Jardins d’Etretat ou comment le dialogue entre l’Art Paysager et l’Art Contemporain peut vous apporter du bien être….

  1. j’étais à Etretat il y a moins d’un mois et je n’ai pas vu ce jardin! je suis vraiment très déçue..j’aurais beaucoup aimé, j’en suis sûre…
    merci pour ce reportage, je ne manquerais pas d’y aller à ma prochaine visite en Normandie

    J'aime

  2. Un jardin que j’aimerai beaucoup visiter. ^^ Très belles photos qui donnent envie de le découvrir. 🙂

    J'aime

  3. Merci pour ce magnifique reportage… qui donne envie de faire la visite. A prévoir Bonne journée

    J'aime

  4. moi aussi j’ai loupé ce jardin mais grâce à toi, je saurai pour une prochaine fois! magnifique! merci pour cette visite très poétique 🙂

    J'aime

  5. Waouh magnifique jardin et superbes photos. Je ne savais pas qu’il existait un jardin comme celui-là à Etretat. J’ai moi aussi pensé à Lewis Carroll en contemplant certaines photos 😃

    J'aime

  6. Les jardins d’Etretat sont de toute beauté et les charmants sentiers qui l’arpentent font découvrir de bien étranges univers.J’admire les diverses topiaires avec ces visages aux expressions diverses ou ce colimaçon infini……mais quel travail !!!
    Les agapanthes et les orchidées me font de l’oeil. 😀 Merci pour ce moment de détente où la nature est reine. 😉

    J'aime

  7. Bonjour,
    Ce voyage paysager entre l’imaginaire et la botanique illustré par vos photos est une invitation à venir découvrir ce parc.
    Une belle lecture pour bien commencer la semaine

    J'aime

  8. Bonsoir Delphine, votre billet est de toute beauté sur ce merveilleux jardin. Un grand merci pour vos belles photos et textes. Ce jardin doit apporter beaucoup de zénitude.
    Mes amitiés

    J'aime

  9. une visite agréable et très intéressante merci pour cet agréable moment moi qui adore les jardins

    J'aime

  10. et quelle vue sur le golf! 😉 :*

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s