Des Pensées au jardin

Delphine et Marie, passionnées de jardin et déco…Nous partagerons avec vous nos pensées, nos jardins, nos fleurs, nos bonheurs!

Rhapsody in Blue

Dans la série Jardin botanique de Paris, je voudrais le parc de Bagatelle.

17 Commentaires

Le jardin botanique de Paris, un joli programme …

 

 

Et Pourquoi ne pas profiter que Paris se vide un peu, pour aller se balader au fil des jardins et des collections du jardin botanique de Paris. Organisés sur quatre sites à l’histoire et au patrimoine végétal et architectural prestigieux, commençons la visite par le parc de Bagatelle.

Et cette balade est l’occasion de rêver à ce mot Bagatelle évocateur de frivolité, de babiole, de chose sans importance …l’esprit vagabonde… mais pourquoi ce nom pour un parc ?

Le parc de Bagatelle, un nom lié à une histoire.

 

Alors entrons par la porte de Sèvres et découvrons les trésors de ce parc . Situé dans le bois de Boulogne, cet endroit est resté un havre de paix. « là tout n’est que beauté, calme et volupté » aurait pu nous souffler le poète. En sillonnant les allées, on va de merveille en merveille avec le sentiment que le temps s’est arrêté, un brin de nostalgie, à la recherche du temps perdu puis enfin retrouvé. Nos sens sont en éveil et l’on voit défiler presque trois cents ans d’histoire sous nos yeux où l’on se plait à s’imaginer dans ces temps lointains…

Construit en 1777 le petit pavillon privé, appelé « Folie », est né d’un pari fou entre Marie-Antoinette et son beau-frère le comte d’Artois. Demeure existante et assez délabrée à l’époque, Marie-Antoinette lance le défi d’être accueillie dans ce domaine à son retour de voyage et le comte d’Artois relève le challenge. Ce petit château est dessiné en 2 jours par J.F Belanger dans un style néo-palladien et construit en 64 jours, temps record à l’époque. Le conte dépensera plus d’un million de livres pour cette folie – une bagatelle !

On dit aussi que ce petit château était destiné par tradition aux plaisirs et aux divertissements… les innocentes bagatelles ! et cette dénomination de Bagatelle est apparue dans les écrits en 1721 donc bien avant l’acquisition par le comte d’Artois.

Maintenant que le mystère est un peu éclairci et si vous voulez en savoir plus sur le château, alors  suivez moi; sinon, pour découvrir la roseraie par un chemin raccourci, alors, c’est plus bas !! Petite pensée à ceux que l’histoire endort ou aux amoureux impatients des roses comme ces petites abeilles …

 

Le parc lui,  est dessiné par Thomas Blaikie, un jardinier écossais à la cour de France. Il dessina également le jardin de la Malmaison et le parc du château du Raincy  et réaménagea le parc de 20 hectares de la « folie Monceau« . Ce parc est jalonné de petites constructions très à la mode au XVIII : Hermitage, obélisque ,grotte, cascade, qui sont des lieux féeriques…

 

Puis quelques ruines dite de l’abbaye de longchamp …

 

 

A la révolution, le château est vendu à un restaurateur qui organise des fêtes champêtres et en 1806, Napoléon 1er le réquisitionne pour en faire un pavillon de chasse. A la restauration, le comte d’Artois devenu Charles X récupère son bien et l’offre à son fils. Puis après la révolution de 1830, il reviendra au roi Louis Philippe qui vendra le domaine à un aristocrate anglais, Lord Seymour. Celui-ci effectuera des modifications sur « la folie ». Il fera surélever d’un étage et d’un dôme le château.

Il fera également doubler la surface des jardins grâce à son amitié avec Napoléon III  et redessiner les 24 hectares par le paysagiste Louis-Sulpice Varé. Il y fera également raser le pavillon des Pages pour y construire à la place le Trianon destiné à son fils ainsi que les deux pavillons des Gardes à l’entrée de la cours d’honneur. Il dotera également le parc d’une grille d’honneur, d’une entrée sur l’allée de Longchamp et d’écuries. Héritier de Lord Seymour, Sir Wallace qui finança les fameuses fontaines dans Paris, y vivra jusqu’à sa mort en 1890.

On entre par la cour circulaire où l’on peut admirer les jolis vases en pierre façonnés avec la représentation du dieu Pan représenté sous forme de bouc ainsi que les statues retrouvées il y a quelques années au château de Bonnemare, dans l’Eure.

 

Puis on passe les deux pavillons des gardes, celui de la rose des vents et celui de l’horloge ou de l’Or y loge. A côté de chaque pavillon se trouve deux arbres remarquables, un Platane commun – Platanus x acerifolia, à gauche face au château et un Platane d’Orient – Platanus orientalis à droite. L’ensemble symétrique des deux pavillons et des deux arbres donnent un côté majestueux à cette entrée dans la cour d’honneur.

 

On peut alors y admirer le Trianon ( peut être les trois ânes par tradition chrétienne )  et le Château avec ses jolies ferronneries, statues, motifs floraux sur la façade et l’inscription « Parva sed apta » initialement sur le pavillons des pages, « Petite mais commode » qui résume bien les lieux à l’époque. Maintenant ça nous parait immense comme demeure …enfin moi je m’en satisferais bien 🙂

 

Et enfin en contournant « la folie », on découvre le jardin français qui présente à la bonne époque, en mai, la collection splendide des Pivoines de Bagatelle.

 

En 1905, la ville de Paris rachète le domaine laissé à l’abandon par le secrétaire Sir John Murray qui n’aura pas les moyens d’entretenir cette propriété léguée par l’épouse de Sir Wallace. La ville confie alors la réhabilitation du parc au conservateur du bois de boulogne , J.C.N Forestier qui lui donne sa touche romantique avec la pièce d’eau des Nymphéas en clin d’œil à son ami Claude Monet …

LA FOLIE Bagatelle depuis la pièce d'eau des Nénuphar

Il crée le jardin des présentateurs inspiré des jardins de la renaissance et dans lequel sont présentées les nouvelles variétés de vivaces et d’annuelles. Imaginez que la collection a plus un siècle, même si elle est remaniée régulièrement.

 

On y découvre également une collection de clématites, asters, de glycines, … en fonction des saisons.

 

La maison du jardinier sépare le jardin des présentateurs du potager . Elle a été construite vers 1860 par la famille Seymour. Et c’est encore un festival de fleurs, mauves, digitales, ancolies, aillum… au milieu des légumes, fruitiers et autres herbes aromatiques.

 

En continuant la balade au travers des plantes vivaces, du jardin vert et du jardin des iris, la roseraie classique se dévoile avec sa belle orangerie.

 

Une bagatelle végétale, la roseraie classique.

Alors à ce stade du billet, soit vous avez courageusement lu la découverte de la « folie », son histoire et le cheminement vers la roseraie ou soit vous avez été impatients de découvrir les roses, mais en tout cas, on se retrouve !

 

Le parc abrite deux roseraies, la roseraie classique et la roseraie de paysage. Elles comptent à elles deux environs 9000 rosiers et 1200 variétés dont quelques unes de mes préférées. Elle fut inaugurée en 1907, avec plus de 1500 espèces et variétés offertes par Jules Gravereaux, collectionneur et créateur d’une autre célèbre roseraie, la roseraie de L’Haÿ-les-Roses. Une plaque à sa mémoire est d’ailleurs placée dans la roseraie de Bagatelle.

En se baladant le long des chemins de la roseraie classique , c’est un délice pour les yeux.

 

La visite de l’impératrice Eugénie à Lord Seymour est immortalisé par le kiosque de l’impératrice dans la roseraie. La vue y est exceptionnelle et je ne vous gâche pas le plaisir de la découvrir par vous même. Lors de sa restructuration du parc, Lord Seymour fera intégrer une orangerie à l’entrée de la roseraie.

 

Sous les arches remplies de roses, le long des cordes envahies par les grimpants, on y découvre dans des odeurs embaumées grâce au vent léger d’été les précieuses…

 

Puis sillonnant les allées bien tracées, on s’émerveille à chaque pas …

 

Entre deux bordures de buis conservés presque intacts grâce à la vigilance des jardiniers de la roseraie, on peut admirer des jolies roses comme…

 

ou les roses déjà rencontrées dans nos jardins.

 

Les roseraies de Bagatelle sont aussi reconnues pour le concours international de roses nouvelles lancé en 1907, sur l’idée de J.C.N Forestier. Il est ouvert à tous créateurs amateurs ou professionnels de roses nouvelles non commercialisées. Traditionnellement,en juin, le public est invité à sélectionner les trois plus belles roses et la rose la plus parfumée. Une commission technique note les rosiers à cinq reprises au cours de deux cycles de culture.

 

je sais 😊…. il va falloir que je m’arrête au risque de vous perdre mais que les choix sont difficiles …alors il faut vraiment y aller pour voir la vie en Roses.

 

 

je sais, je sais 😉… Alors je termine par le Ronsard, notre chouchou pour tout le romantisme qui s’en dégage .

 

Bien accompagnée durant la balade, les hôtes majestueux veillent au respect de leur parc et se pavanent parfois devant nous en prenant des poses irrésistibles. Parade nuptiale ou défense du territoire, le plumage des mâles déployé reste toujours spectaculaire.

 

 

 

Alors il ne vous reste plus qu’à découvrir ce charmant endroit, ou y retourner pour le plaisir des yeux. On y passe aisément toute la journée, pour une balade charmante, un pique-nique chic ou un green moment en famille .

En attendant de vous faire découvrir ou redécouvrir prochainement les serres d’Auteuil , l’arboretum de l’école de Breuil et le parc floral qui constituent les trois autres sites du jardin botanique de Paris avec quelques surprises…, on guette vos partages de jolies photos ❤️.

Delphine🍃

17 réflexions sur “Dans la série Jardin botanique de Paris, je voudrais le parc de Bagatelle.

  1. super article très bien écrit et que de magnifiques photos merci Delphine

    J'aime

  2. Merci pour cette Jolie et longue balade ! Ce récit donne en effet envie de le découvrir de plus près !

    J'aime

  3. Merci Delphine pour cet article ! je crois bien que je n’y ai jamais été, et ça donne envie !
    bonne journée 🙂

    J'aime

  4. Merci pour ce long article, très intéressant . Effectivement une belle idée de promenade

    J'aime

  5. Que vos balades sont belles .Vos légendes toujours très intéressantes avec les détails et des photos sublimes .
    Merci Delphine pour vos partages !

    J'aime

  6. Je n’y suis jamais allée, encore une visite qui me fait bien envie…pour quand il fera moins chaud! 😉
    Tes photos sont magnifiques .
    Bisous, Véro.

    J'aime

  7. De bien jolies photos ! Toutes ces roses, et autres fleurs, sont sublimes !

    J'aime

  8. Superbe endroit et photos magnifiques .. Merci pour cette belle promenade !

    J'aime

  9. Pingback: Allons voir si les roses de l’Haÿ sont jolies pour les Rendez Vous au Jardin. | Des Pensées au jardin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s